AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

don't wanna be your friend + jody

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
avatar
admin filant comme une étoile
admin filant comme une étoile
posts : 854
faceclaim : armie hammer ; rivendell
multinick : samuel + nikki + raven
âge : 31yo and some teeth left
http://thegreatperhaps.forumactif.org/t1280-again-time-elapsed-h http://thegreatperhaps.forumactif.org/t1416-counting-stars-heath#30215

Jeu 6 Avr - 23:02



the heart is a lonely hunter with only one desire to find some lasting comfort in the arms of anothers fire. driven by a desperate hunger to the arms of a neon light, the heart is a lonely hunter when there's no sign of love in sight. Je retrouvais l’ambroisie et la douceur de l’été sous les effluves de son parfum. Jody, senteur. Jody, parfum. Je marchais en surplombant sa silhouette chétive. Elle était si petite. Il me semblait qu’il suffisait d’une maladresse pour la briser. Je n’étais pas préparé à la toucher, à effleurer sa peau délicate du bout des doigts. Mon regard glissait sur les pavés de la ville. Les lampadaires inondaient le ciel. Les passants s’activaient autour des insignes lumineuses des restaurants encore ouverts. Je fronçais les sourcils en esquissant un rictus. Je ne voulais pas refléter cette image renfrognée et stricte, que les autres accusaient. Je ne voulais pas l’ennuyer et l’emporter dans mes délires cyniques sur la vie et le romantisme. Sa jovialité dessinait des ailes sur mon dos. Elle me guidait ailleurs, que dans ma solitude habituelle. Je m’installais à ses côtés, balayant les souvenirs d’Ophelia et ses départs. Ma pensée était figée sur son visage, sur l’éclat argenté de ses prunelles dans les néons de la pizzeria. Je me redressai légèrement, laissant mes bras onduler sur la table. La présence de Jody était un Vade-mecum, permettant à mes sentiments de s’évader sur les lignes célestes. J’étais léger et heureux - simplement heureux. «Je peux te porter aussi. Je fais de la musculation pour gérer tes excès alimentaires. Tu sais que je suis un type chouette.» Soufflai-je sur le ton de la confidence. Inutile, de poussais la blague trop loin. J’enroulai la nappe autour de mes pouces. Mes gestes étaient langoureux et mal calculés. Il y avait de la maladresse dans chacune de mes tentatives. Je ne pouvais pas draguer Jody. C’était presque inapproprié. Je déglutis en sentant sa proximité. Il n’y avait pas de blonde. Il n’y en avait jamais eu de vraie - depuis que je l’avais rencontré. Toutes les histoires étaient éphémères. Son souffle chatouillait mon menton. Légèrement, je serrais ses cuisses entre mes jambes. Je m’approchai sans ciller. «Ah bon? Et tu penses qu’une technique blonde pourrait fonctionner sur une brune? » M’enquis-je en lui dérobant son menu. «Tu choisi avant moi. Je suis outré.» Me moquai-je en contournant le siège pour me poser à sa droite. «Jody. Regarde-moi. Je vais te prouver que les brunes comptent pas pour des prunes.» Murmurai-je en calant lentement ma tête sur son épaule.


are you sure that we are awake? it seems to me that yet we sleep, we dream •• { heady

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
En ligne
admin craquante comme une biscotte
admin craquante comme une biscotte
posts : 802
faceclaim : a. vikander, ©les mots bleus
multinick : luke, millie, meara, thom
âge : vingt-neuf tangas en dentelle
http://thegreatperhaps.forumactif.org/t1080-don-t-rain-on-my-par http://thegreatperhaps.forumactif.org/t1094-nobody-puts-baby-in-a-corner
Across the universe.
disponibilité : sorry, i'm closed.
répertoire :

Mar 11 Avr - 13:25

Jody était insaisissable, flottant au-dessus du monde, elle ne semblait jamais toucher le sol. Heath avait tendu la main, trois ans auparavant, pour l'atteindre. Elle ne l'avait pas attiré dans les airs, il ne l'avait pas tirée jusqu'à la terre. Dans un équilibre fragile mais parfait, ils s'étaient retrouvés à mi-chemin entre les deux. Elle l'emmenait dans des voyages célestes, il lui offrait des promenades silencieuses. Elle rit. Leur relation était faite de petites choses, des rides au coin des yeux lorsqu'elle riait à ses plaisanteries, les crampes dans les muscles lorsqu'ils courraient dans l'escalier. Leurs contacts étaient tantôt doux, tantôt lourds, lorsqu'il caressait involontairement sa peau, et qu'elle se pendait à son cou dans des étreintes rapides et enfantines. Elle planta son menton dans la paume de sa main. Ses yeux divaguait sur les traits fins de son ami. Il était un type chouette. Elle hocha la tête. - J'ai donc théoriquement un droit d'auteur sur tes biceps. Elle l'observa, le sourire aux lèvres. Il était Heath, maladroit et timide, enroulant la nappe autour de ses doigts. Elle le voyait encore, relevant la tête lorsqu'elle s'était présentée à sa porte, le bleu de ses yeux troublés par la surprise, et son visage fendu d'un sourire courtois. Elle l'aimait. Elle ne savait pas comment, ni à quel point. Elle était terrifiée de le découvrir. Alors elle ignorait, simplement, c'en était devenu d'une facilité déconcertante, au point qu'elle semblait oublier les picotements dans sa nuque et la brûlure dans son ventre lorsqu'il était près. Elle haussa les épaules. - Je ne m'y connais pas trop mais je dirais que oui. L'innocence de ses mots était terrible. Elle n'avait pas conscience des sous-entendus. - Il fallait être plus rapide, sir. Elle était penchée en avant, le regard malicieux et le sourire impérissable. Elle jouait un jeu différent. Elle le suivi des yeux alors qu'il contournait la table pour s'asseoir près d'elle. Il était immense, elle était minuscule. Il était musclé et fort, elle était frêle et fragile. Ils se complétaient dans les plus petits détails, de la couleur de leur yeux à la forme de leurs doigts. Il murmurait, elle l'écoutait. Elle vint poser sa tête contre la sienne, le rire mutin au bord des lèvres. Elle ne savait pas où il allait. Mais elle y allait avec lui. - Heath, ça ne fonctionnera pas avec moi. Elle pressa sa tempe contre la sienne, épaule contre épaule. - Tu m'as déjà depuis longtemps, ajouta-t-elle dans un murmure faible qui caressa ses lèvres. Elle leva le bras pour poser sa main sur sa joue, et sourit. - Mais tu peux toujours essayer, je suis certaine que ça peut fonctionner avec n'importe quelle autre brune de ce monde. Évite juste la serveuse, je ne voudrais pas que ça devienne gênant si elle refuse tes avances.


♡ and when you're gone
I feel incomplete
Revenir en haut Aller en bas
avatar
admin filant comme une étoile
admin filant comme une étoile
posts : 854
faceclaim : armie hammer ; rivendell
multinick : samuel + nikki + raven
âge : 31yo and some teeth left
http://thegreatperhaps.forumactif.org/t1280-again-time-elapsed-h http://thegreatperhaps.forumactif.org/t1416-counting-stars-heath#30215

Mar 11 Avr - 15:57



the heart is a lonely hunter with only one desire to find some lasting comfort in the arms of anothers fire. driven by a desperate hunger to the arms of a neon light, the heart is a lonely hunter when there's no sign of love in sight. Je pouvais prendre mon temps - la regarder malgré les tremblements de mes paupières. Jody, Jordan. Je lui avais crée mille identités mais le sentiment était immuable dans ma poitrine. Il ne changeait pas. Je soupirais en effleurant sa peau. Elle bougeait avec douceur. Sa bouche était la concrétisation de tout ce que j’avais vénéré auparavant. La féminité. L’insouciance. La quiétude. Progressivement, je m’enfonçais dans le déni. Je fermai un oeil pour la considérer seulement comme une voisine. Parce que l’amour me terrifiait. Il m’avait cassé. J’étais amer et silencieux depuis le départ d’Ophie. Je me tournai vers la grande vitre. Les voitures filaient sur les pavés goudronneux. Le vacarme submergeait la rue. Et je ne le remarquais que maintenant. Je voyais les lumières scintillantes des phares et les mouvements pressés des passants. Les voies étaient chargées par la foule gémissante. Je soupirai en tournant mes doigts sur la table. Je voulais encore fumer. C’était idiot. Mais je ne supportais pas la frustration et le manque à la fois. Je ne supportais de perdre la nicotine et le désir que j’éprouvais. J’évitais les lèvres de Jody. Je posais un voile pour étouffer ses teintes rosées par le froid. Mon pouce effleurait sa tête alors que je me penchais à sa rencontre. Notre étreinte délicieuse. Notre étreinte douloureuse. Mes rêves avaient raison. Mes rêves la bordaient sous les courbes de la nuit. «Tu penses?» Murmurai-je contre sa tempe. Je levai la tête, ébloui par la l’obscurité et les poussières d’étoiles. Ce n’était pas un rendez-vous. Nous n’étions pas un couple. Pourtant, notre proximité suffocante me permettait de reposer mon esprit. Loin des conventions et des limites. Loin de la sensation fulgurante qui brûlait mon estomac. Elle devenait aguicheuse. Mon coeur était transporté par les vibrations de sa voix. «La serveuse est rousse. » Déclarai-je en me décalant avec légèreté. Ma main se posa sur sa cuisse. Je ne bougeai pas, hypnotisé par les éclats boisées de ses prunelles. Ses cils se tordait avec élégance alors que je la bordais. «Tu es stupide. Si je devais te draguer, je finirais par t’épouser. Et tu serais malheureuse à vie. C’est toujours comme ça.» Raillai-je en la prenant dans mes bras, laissant l’humour couvrir la vérité sur ma rupture. Elle l’avait dit - que j’étais ennuyeux et sans avenir. Je préférais le garage et la stabilité. Je ne vivais pas pour la passion. Et ça l’avait étouffé. ça étouffait tout le monde. «Puis je me suis pas lavé les dents. Je peux pas t’embrasser pour montrer mes vrais talents. Je sais faire des loopings avec la langue.» J’acquiesçais en serrant notre étreinte. Je ne voulais pas qu’elle parte - quitte à rester son ami. Quitte à étouffer cette attirance.


are you sure that we are awake? it seems to me that yet we sleep, we dream •• { heady

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
En ligne
admin craquante comme une biscotte
admin craquante comme une biscotte
posts : 802
faceclaim : a. vikander, ©les mots bleus
multinick : luke, millie, meara, thom
âge : vingt-neuf tangas en dentelle
http://thegreatperhaps.forumactif.org/t1080-don-t-rain-on-my-par http://thegreatperhaps.forumactif.org/t1094-nobody-puts-baby-in-a-corner
Across the universe.
disponibilité : sorry, i'm closed.
répertoire :

Sam 15 Avr - 5:05

Tout était calme, lorsqu'Heath était là. Comme s'il absorbait le monde de son rire résonnant, qu'il balayait ses craintes de ses mains de géant. Elle se sentait bien, avec lui. Légère et heureuse. Il n'y avait plus les regards de Maia, emplis de reproches et de peine. Il n'y avait plus de haine, ni envers sa sœur, ni envers ses parents. Il comblait le vide de toutes les absences par son seul sourire. Elle n'avait besoin de personne d'autre, lorsqu'elle avait ses étreintes et ses rires. - C'est certain. Elle murmurait, souriait, plissait les paupières dans un jeu dont elle ne voyait pas les motivations. Elle fixa la serveuse, dont les boucles rousses rebondissaient sur ses épaules fines. Elle était jolie. - Brune, blonde, rousse, ça ne change pas grand-chose, je suppose. Une femme reste une femme. Elle sentit à peine les frissons qui couvrirent son corps entier lorsqu'il posa sa main sur sa cuisse. Parce qu'elle avait l'habitude. Parce qu'elle avait appris à les oublier, ces moments d'égarements dont elle ne comprenait pas le sens. Ils étaient voisins. Ils étaient amis. Elle avait fait taire le reste, elle avait étouffé les papillons dans son ventre et lissé les frissons sur son échine. Parce qu'elle avait peur, elle était terrorisée à l'idée de ruiner cet équilibre parfait qu'ils avaient trouvé ensemble. Elle le fixa, souriante. - Tu ne voudrais pas m'épouser. C'est toi qui finirais malheureux. Tu serais obligé de m'entendre et de me voir jour et nuit, sans jamais de pause pour reposer tes yeux et tes oreilles. Elle aurait pu vivre entre ses bras. Elle aurait pu mourir entre ses bras. Son étreinte était rassurante, puissante et douce, elle pouvait s'enivrer de son parfum en enfouissant son nez dans son cou. Il était plus grand, plus fort, elle se sentait minuscule et pourtant si grande à la fois. Un rire cristallin s'échappa de ses lèvres, et elle secoua la tête avant de tourner son visage vers celui d'Heath. Près, si près qu'elle redécouvrait les nuances de bleu de ses yeux. Son regard se porta à ses lèvres, juste un instant à peine. - C'est dommage. Une autre fois peut-être. Elle plaisantait, elle riait sans vouloir avouer que ses mots n'étaient pas que frivoles et insensés. Elle glissa sa main sur celle d'Heath, serrant ses doigts autour des siens. - Je plains la future femme qui succombera à ton charme, quand même. Elle devra supporter ma présence et ma possessivité. C'est triste. Tu devrais l'inclure dans ta technique de drague. Préciser que tu viens en lot, et pas tout seul. Elle posa ses yeux noisettes sur son visage, les épaules secouées dans un rire léger. Et c'était étrange, cette impression de légèreté, quand chacun de leurs mots avaient mille sens dont ils n'avaient même pas conscience.


♡ and when you're gone
I feel incomplete
Revenir en haut Aller en bas
avatar
admin filant comme une étoile
admin filant comme une étoile
posts : 854
faceclaim : armie hammer ; rivendell
multinick : samuel + nikki + raven
âge : 31yo and some teeth left
http://thegreatperhaps.forumactif.org/t1280-again-time-elapsed-h http://thegreatperhaps.forumactif.org/t1416-counting-stars-heath#30215

Lun 17 Avr - 15:28



the heart is a lonely hunter with only one desire to find some lasting comfort in the arms of anothers fire. driven by a desperate hunger to the arms of a neon light, the heart is a lonely hunter when there's no sign of love in sight. Son sourire me bouleversait. Et j’avais l’impression d’effleurer le soleil. De toucher la pluie. Et de m’enivrer de l’odeur des graviers humides. Mes yeux transperçaient son visage, imprimant chaque détail. Ses souvenirs étaient des fragments d’âme que je retenais entre mes paupières. Ma bouche murmurait son prénom, laissant la terreur du silence ailleurs, entre les plis de papier et les pointes du stylo. Je lui avais caché mes passions et mes faiblesses car je voulais rester ainsi ; immuable et fragile entre ses mains. Je voulais qu’elle se penche sur ma gorge soupirante pour extirper les mots que je n’avouais jamais. Jody je crois qu’on s’aime. Ma tête se tournait vers les allées de la pizzeria. La serveuse était rousse, mais ses cheveux n’étaient qu’une teinte opaline qui s’amenuisait entre mes prunelles. Elle ne comptait. Toutes les femmes ne comptaient plus. Je plissai le front en me calant sur son profil. Nous étions un lot – deux pièces indissociables qui se ruinaient dans la retenue. Mon estomac se tordait dans le désir. C’était ma chance, mon unique chance. Mais je n’y arrivais pas. Ma vie s’était achevée par un baiser. Et ce soir, malgré mes efforts pour étreindre la bouche de Jody, je restais immobile. Mon cœur était paralysé par l’effroi. «Je t’épouserais quand même. Tu ronfles quand tu fais la sieste, tu voles mes T-shirts et tu brûles tes cookies mais ce n’est pas un vice. » Susurrai-je en jouant avec une mèche de cheveu qui ondulait sur sa joue. Une autre fois peut-être. Pourquoi pas maintenant ? Elle ne montrait qu’un signe. Mes pensées s’élevaient au-dessus de la mélodie. «Je ne drague pas beaucoup. Tu n’as rien à craindre.» Le menu prenait la poussière sur la table. Je ne voulais plus manger. Je ne voulais perdre du temps sur l’odeur alléchante de la nourriture et les couverts de porcelaine. Jody m’obsédait – elle me brisait le cœur au quotidien. Parce que je pensais qu’Ophie était irremplaçable. Mais que je découvrais une faiblesse, plus effrayante que la précédente. Mes doigts enlaçaient son poignet avec douceur. « Je plains l’homme à qui je casserais la tête parce que je ne voudrais pas partager tes prouesses culinaires. On fait quoi du coup ? Tu promets de rester à jamais célibataire pour m’éviter la prison ? C’est ça la dévotion amicale.» Soufflai-je en pressant ma bouche sur son oreille.


are you sure that we are awake? it seems to me that yet we sleep, we dream •• { heady

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
En ligne
admin craquante comme une biscotte
admin craquante comme une biscotte
posts : 802
faceclaim : a. vikander, ©les mots bleus
multinick : luke, millie, meara, thom
âge : vingt-neuf tangas en dentelle
http://thegreatperhaps.forumactif.org/t1080-don-t-rain-on-my-par http://thegreatperhaps.forumactif.org/t1094-nobody-puts-baby-in-a-corner
Across the universe.
disponibilité : sorry, i'm closed.
répertoire :

Mar 18 Avr - 13:01

Elle frissonnait. C'était l'odeur d'Heath qui l'enivrait, son parfum qui l'étouffait. Elle mourrait à son contact, et elle mourrait sans. Elle resserra ses doigts, caressant de son pouce sa peau rugueuse. Il avait les mains d'un garagiste, et sur sa peau claire elle pouvait désormais distinguer les tâches d'huile de celles de l'encre. Il avait changé, Heath. Elle le voyait à sa façon de se pencher sur elle, de frôler ses joues de ses lèvres, par accident. Elle sourit. - J'aime bien tes t-shirts, murmura-t-elle. Et tout semblait ralentir, flotter, lorsqu'elle tourna son visage vers Heath, dont elle pouvait distinguer chacun des traits tant il était proche. - Je ne sais pas draguer non plus. Pourtant, Jody, elle voyageait de lit en lit, elle battait des paupières, assise près du bar, elle offrait les faux-rires et s'inventait mille et une vies pour un simple baiser. Elle savait draguer, Jody. Mais les hommes qui l'avait touchée n'avait jamais eu d'importance. Elle en oubliait le nom et les traits dès que l'alcool se dissipait. Elle se fichait des costumes et des politesses, parce que tout était faux. Personne ne comptait. Personne sauf Heath. Et son sourire ne quittait pas ses lèvres, les frissons brûlaient sa nuque, elle avait le cœur serré et les mains moites. Heath, qu'est-ce qu'il se passe? - Ça sonne comme si on était déjà mariés. Je vis presque chez toi. Je vole tes t-shirts et je fais la cuisine. Tu fais le ménage et tu m'invites au restaurant. Elle rit, relevant les yeux sur son profil. Ils étaient tout et son contraire, ils se complétaient, ils étaient parfaits, ensemble. - Heath Janssen, je crois qu'on est fait l'un pour l'autre. Et elle rit, elle balayait le sens de ses mots de ses lèvres étirées. Mais elle n'était pas si dupe, Jody. Elle sentait les battements de son cœur qui s'accéléraient et elle serra un peu plus fort ses doigts entre les siens. Son regard se perdit dans la contemplation de la rue, dehors, loin, un moment. Le monde tournait autour d'eux, même lorsque tout semble s'arrêter quand il murmure à son oreille. Elle soupira, doucement, se redressant sur sa chaise. Ses yeux vinrent rencontrer ceux d'Heath, et elle murmura contre sa joue. - Les menus prennent la poussière.


♡ and when you're gone
I feel incomplete
Revenir en haut Aller en bas
avatar
admin filant comme une étoile
admin filant comme une étoile
posts : 854
faceclaim : armie hammer ; rivendell
multinick : samuel + nikki + raven
âge : 31yo and some teeth left
http://thegreatperhaps.forumactif.org/t1280-again-time-elapsed-h http://thegreatperhaps.forumactif.org/t1416-counting-stars-heath#30215

Sam 6 Mai - 22:57



the heart is a lonely hunter with only one desire to find some lasting comfort in the arms of anothers fire. driven by a desperate hunger to the arms of a neon light, the heart is a lonely hunter when there's no sign of love in sight. Il n’y avait pas d’évidence. Peut-être n’étais-je qu’un écho de sa voix, un murmure qui s’émancipait au fond de sa gorge. Jody ne parlait pas. Elle me confiait ses secrets sans le sentiment. Et je me noyais dans l’étrangeté de son sourire. Je me noyais dans les effluves de son parfum sucré. Ma bouche effleurait ses lèvres mais le baiser était interdit, il devenait accidentel comme la pluie qui tombait drue sur les plages de Wellington. Comme les saisons qui se chevauchaient au bout de l’horizon. Je me redressais sans la toucher. Les mots filtraient au travers de ma pensées. Je ne voulais pas abandonner notre proximité. Mais je la craignais aussi. La tentation manquait d’étouffer tout le reste. Il faisait froid tout à coup. Je fermais les yeux en m’accoudant à la table. Ses doigts se resserraient sur ma main. Un étau de sa peau contre la mienne. Il n’y avait pas de mariage sans bague. J’observais une paille, hésitant à créer une boucle en plastique pour son annulaire. C’était trop con. Son murmure ondulait sur ma joue. Je sentais mon coeur s’emballer. Ma vision devenait trouble. La rue s’évanouissait dans un éclair, remplacée par les contours lumineux de ses expressions enfantines. Je plongeais dans les menus. Je le connaissais déjà. «Pizza quatre fromages. Une bière. J’ai déjà fais mon choix. Tu vois ça ne prend que vingt secondes.» Déclarai-je en claquant le livret pour retourner à ma contemplation : Elle, toute entière. Sa bouche. Ses oreilles. La petite mèche qui se pressait sur son front. J’étais attendri pas chacun de ses gestes. J’étais presque amoureux. Mais l’admettre, même en silence, me brisait le coeur. Jody ignorait les perches que je tendait. Elle était mal à l’aise et je comprenais - Nous venions d’endroits différents. Puis nous nous rejoignions, le soir, dans un coin du pallier. On se regardait sans s’avouer. Nous étions uniquement voisins. «J’espère que tu ne m’en veux pas.» Il y avait tellement de raison. Trébucher. Ecrire. Mentir. Je haussais les épaules en me détachant de sa prise. Mes doigts glissaient nerveusement sur mes cuisses. Je regardais les étoiles. Elles étaient belles, ce soir. Mais Jody était encore plus belle. Jody brillait en haut, dans un ciel que je ne pouvais plus atteindre.  


are you sure that we are awake? it seems to me that yet we sleep, we dream •• { heady

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
En ligne
admin craquante comme une biscotte
admin craquante comme une biscotte
posts : 802
faceclaim : a. vikander, ©les mots bleus
multinick : luke, millie, meara, thom
âge : vingt-neuf tangas en dentelle
http://thegreatperhaps.forumactif.org/t1080-don-t-rain-on-my-par http://thegreatperhaps.forumactif.org/t1094-nobody-puts-baby-in-a-corner
Across the universe.
disponibilité : sorry, i'm closed.
répertoire :

Lun 8 Mai - 23:20

Il y avait tant de choses qu'elle ne pouvait dire. Parce que les seules pensées étaient trop lourdes, trop étranges, trop inconnues. Elle mentait, Jody, à lui, au monde, et surtout à elle. Elle avait peur, des frissons dans sa nuque et des pincements à son cœur. C'était Heath. Les rêves éveillés, le nom qui franchissait ses lèvres dans les soupirs. C'était Heath partout, tout le temps. Mais elle l'ignorait, parce que c'était plus facile. Elle se fichait des passants qu'elle fixait à travers la vitre. Des cheveux roux de la serveuse, de l'odeur de fromage qui s'imprégnait dans ses cheveux. Elle ne sentait que la peau de sa main à lui, qu'elle grattait doucement de son pouce. Il n'y avait rien de plus. Elle feignait l'attention portée aux alentours. Elle plissa les paupières en fixant les pailles. Leur mariage était silencieux, douloureux. Leur lien était leur malédiction. Ils ne pourraient jamais s'aimer. Parce qu'ils ne se l'autorisaient pas. Elle sourit. - Je pensais que tu aimais la viande, sur ta pizza. J'en ai encore beaucoup à apprendre sur toi, visiblement. Elle effaçait son profil d'un battement de paupières, seulement pour redécouvrir ses traits en les rouvrant. - Deux quatre fromages et deux bières. C'est presque trop simple. Elle fixa ses iris sur les lèvres étirées de son voisin. Elle aimait son sourire. Elle aimait la brûlure du regard qu'il lui portait, parfois. Elle resta un instant à le contempler, parce qu'elle avait le sentiment étrange que le simplicité de leur proximité serait éphémère. Qu'il s'éloignerait. Qu'elle reculerait. Elle fronça les sourcils, retenant un geste nonchalant de la main. - Je ne t'en veux pas, Heath. Jamais. Elle n'était pas certaine de le comprendre, elle l'espérait seulement. Que leur amitié ne s'était pas émiettée lorsqu'elle avait découvert ses écrits. Lorsqu'il avait trébuché. Son profil se découpait dans la lumière des néons, et elle eut envie d'imprimer cette image sur l'écran de ses paupières. Pour qu'elle ne voit que ses cheveux ébouriffés et ses yeux océan lorsqu'elle fermerait les yeux. - Et si on partait ? Un rire léger éclata contre sa langue. Elle se racla la gorge. - Je veux dire. Pas de la pizzeria, j'ai faim. Son regard dévia sur les trottoirs encore bondés, derrière la vitre. Elle n'y voyait plus rien que des silhouettes inconnues errant sans but, pressées et seules. Elle relâcha sa prise sur la main d'Heath. - J'irais bien en Australie. Ou plus loin encore. On pourrait aller en Thaïlande. En France ! Elle cligna des paupières, sa voix rocailleuse et enjouée se perdant dans les bruits de fond. Elle dégagea son front d'une mèche de cheveux d'un geste rapide de la main, reportant son regard sur Heath. - On devrait partir. Un murmure, espiègle, malicieux, les yeux brillants et la tête dans les nuages. Les lèvres entre-ouvertes sur les mots qu'elles ne prononcerait pas. Juste toi et moi. Mais il y avait Maia, leurs boulots, les attentes et les devoirs. Il y avait tout. Sauf eux.


♡ and when you're gone
I feel incomplete
Revenir en haut Aller en bas
avatar
admin filant comme une étoile
admin filant comme une étoile
posts : 854
faceclaim : armie hammer ; rivendell
multinick : samuel + nikki + raven
âge : 31yo and some teeth left
http://thegreatperhaps.forumactif.org/t1280-again-time-elapsed-h http://thegreatperhaps.forumactif.org/t1416-counting-stars-heath#30215

Dim 4 Juin - 10:13



the heart is a lonely hunter with only one desire to find some lasting comfort in the arms of anothers fire. driven by a desperate hunger to the arms of a neon light, the heart is a lonely hunter when there's no sign of love in sight. Sa voix résonnait au fond de ma tête. Jody faisait écho aux pensées, aux sentiments, que je refoulais pour protéger notre amitié. Je pinçais les lèvres en me penchant ver sel menu. Les lettre se succédaient sur l’imprimé. Mais je ne lisais pas. Je ne respirais plus. Son parfum embaumait mon esprit. Et chaque parcelle de mon coeur se fendillait au contact de sa peau. Elle ne pouvait pas comprendre. J’étais un romantique malade. Un homme torturé par les départs et les déceptions amoureuses. Je n’avais pas la passion des autres. Je n’avais pas le courage de poursuivre mes rêves. Jody en faisait partie, de ces fantaisies muettes que j’oblitérais dans le silence de ma chambre. Comme l’impulsion dramaturge et mes envie de voyager à travers le monde. Je n’avais jamais quitté Wellington. Ou seulement, pendant de rares occasions pour visiter la maison de compagne de mes parents. Je voyais Roscoe à travers les journaux et la médiatisation de sa carrière sportive. Je soupirais sur mes doigts en lui souriant. Ses mots se distillaient sur la façade du diner. Beaucoup de choses à apprendre. Beaucoup de choses que je lui cachais. «Me taquine pas.» Couinais-je en plongeant les yeux dans son regard. Ses prunelles étincelaient comme une nuée d’étoiles déchue du ciel. Je frémissais au souvenir de ses lèvres. Elle méritait une vraie relation. Une déclaration sincère. Mais j’étais incapable de lui offrir ses choses. Le fantôme d’Ophelia me happait de la réalité. Je n’assumais pas la douleur. Je déglutis en me tournant vers la vitre. Ses rêves de voyages se mélangeaient au vent. Je ne pouvais pas partir - J’avais trop peur de l’inconnu. De quitter la zone de confort. Ma routine était ennuyeuse. Mais elle ne se répétait pas. Chaque jour était une aventure. J’esquissais une sourire. «C’est trop loin. On peut aller au parc. Ce soir même.» Déclarai-je d’un air encourageant. On pouvait se balader entre les bancs. Et encore, je pouvais trébucher sur les graviers. Je pouvais osciller et tomber, la bouche la première.  



are you sure that we are awake? it seems to me that yet we sleep, we dream •• { heady

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
En ligne
admin craquante comme une biscotte
admin craquante comme une biscotte
posts : 802
faceclaim : a. vikander, ©les mots bleus
multinick : luke, millie, meara, thom
âge : vingt-neuf tangas en dentelle
http://thegreatperhaps.forumactif.org/t1080-don-t-rain-on-my-par http://thegreatperhaps.forumactif.org/t1094-nobody-puts-baby-in-a-corner
Across the universe.
disponibilité : sorry, i'm closed.
répertoire :

Lun 12 Juin - 23:24

Leurs doigts emmêlés flottaient au-dessus de la table. Ils n'avaient besoin de rien. Mais elle était légère, Jody. Elle frôlait les sentiments sans jamais les ressentir. Elle cherchait le contact de sa peau, mais ignorait les frémissements de sa nuque. Elle avait déjà oublié le goût de ses lèvres, la brûlure au coin de sa bouche. C'était plus facile. Elle sourit. Elle se rêvait aventureuse, parfois. Mais elle ne l'était pas. Elle se plaisait dans sa routine, se noyait dans son quotidien. Jody, elle respirait la liberté dans ses courses effrénées autour des immeubles. Son rire éclatait sur les pavés qu'elle avait foulé des milliers de fois. Ses yeux voyaient, quand ceux des autres se contentaient seulement d'apercevoir. Elle avait fait de Wellington son terrain, elle glissait dans les rues qu'elle redécouvrait chaque jour. Elle n'avait pas besoin de voyages. Elle ne voulait pas d'aventures. Elle voulait des aventures, avec Heath. Même s'il ne s'agissait que de celles qu'ils vivaient dans son salon. - Le parc, c'est parfait, souffla-t-elle dans un sourire. - Mais demain. Je suis fatiguée. Elle se redressa doucement, croisant les jambes sous la table. - Je préférerais qu'on reste à l'immeuble, ce soir, si tu veux bien. Elle voulait le réconfort et l'obscurité de leurs appartements. Elle voulait la tranquillité de leurs salons. Loin des regards qui tombaient sur eux par hasard, des conversations qui bourdonnaient autour de leurs silhouettes. Celle d'Heath, trop grande. La sienne, trop petite. Elle fixa un instant son profil. Ils étaient autre chose. Il était son ami. Son voisin. Mais les mots semblaient trop vagues, trop imprécis. - Heath. Je crois que Zoey et Avery sont amoureux. Et peut-être que c'était eux qu'elle avait vu dans les yeux d'Heath lorsqu'il les plongea dans les siens, parce qu'il lui était impossible d'y apercevoir autre chose. Quelqu'un d'autre. - Tu crois que c'est possible ? Ils sont amis depuis toujours. Et voisins. Mais je les ai vus se regarder, quand l'autre à le dos tourné. Elle plissa les paupières, et échappa un petit rire. - Mais Zoey est sûrement dans le déni. Elle est toujours dans le déni. Elle aime trop tout contrôler pour l'admettre, j'en suis sûre.


♡ and when you're gone
I feel incomplete
Revenir en haut Aller en bas
don't wanna be your friend + jody
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Sauter vers: